Gentrification

Cette semaine le baromètre du site seloger.com est tombé, il est éloquent : en un an les prix de l’immobilier ont augmenté de +6,5 %. En 5 ans c’est plus 20 % à Toulouse !

Ce que nous pressentions il y a quelques années, puis que nous avions documenté avec rigueur dans un rapport du DAL 31 qui avait fait grand bruit, se vérifie malheureusement : la gentrification dévore Toulouse, et ce sont ses habitant-e-s et son identité qui sont mis en péril.

Expliquons nous :
La gentrification est un phénomène que l’on peut définir ainsi : des personnes plus aisées s’approprient un espace initialement occupé par des habitants ou usagers moins favorisés, transformant ainsi le profil économique et social d’un quartier au profit exclusif d’une couche sociale supérieure.

À Toulouse les quartiers du centre-ville sont particulièrement touchés par ce fait urbain qui s’étend désormais sur les quartiers alentours. Souvent l’argument avancé pour ce qui n’est autre qu’un déclassement des habitant-e-s est la mixité sociale. En vérité, c’est une politique de déplacement de population qui s’opère dont sont victimes les Toulousain-ne-s n’ayant pas assez de ressources pour suivre l’augmentation des prix. Combien de nos ancien-ne-s se privent de repas car ils n’arrivent plus à payer leur loyer ? Combien de jeunes couples partent de Toulouse car ils ne trouvent plus de logements accessibles et adaptés à la taille de leur famille ?

Pour être remplacés par qui ? par quoi ? D’abord par un dogme, celui de l’attractivité à tout prix afin de faire de Toulouse une vitrine commerciale et touristique aseptisée et sans caractère. Le lobby Toulouse 2030 à qui M. Moudenc avait déroulé le tapis rouge il y a un an est très clair : « Toulouse doit devenir une ville du tourisme d’affaire ». Et tant pis si cela se fait au détriment de l’écologie, que ce soit en promouvant un tourisme de masse énergivore et l’éloignement des habitant-e-s historiques, contribuant encore à l’étalement urbain.

Les touristes, mais aussi les investisseurs. Il a 42 ans, c’est un cadre parisien, il n’a pas d’enfants, et il gagne aux alentours de 6 000 euros par mois. Lui, c’est l’investisseur type à Toulouse d’après une récente étude. Il n’achète pas dans notre ville pour y vivre, mais pour s’assurer une rente locative et a donc tout intérêt à ce que les prix continuent leur progression, c’est même l’argument principal des brochures des promoteurs.

Toulouse devient un petit Bordeaux. Une réserve foncière et immobilière pour les riches Parisiens souhaitant étoffer leurs comptes en banque déjà fournis. Notre ville a une Histoire, une culture, des caractères, des identités qui doivent la faire s’ériger contre cet accaparement de l’immobilier et des biens publics, qui chasse les sien-ne-s. Au pays de la chocolatine n’acceptons pas que le pain au chocolat devienne roi !

La gentrification expose à ce que notre ville se ternisse. Elle divise, fracture, laisse de côté. Les disparités entre quartiers deviennent considérables, et fissurent la communauté toulousaine.

La hausse des prix est un choix politique. Celui du laxisme de l’actuelle municipalité face aux spéculateurs. Il est temps de remettre de l’ordre dans cette zizanie urbaine. À commencer par l’encadrement des loyers, la construction de logements sociaux adaptés aux ressources des demandeurs, la possibilité d’en construire en centre-ville, et de faire des logements HLM des logements de pointe au niveau de la transition écologique. C’est aussi repenser les quartiers, la question de leur aménagement, du cadre de vie, de la densification qui peut être autre que contrainte et verticale.

Agir contre la gentrification doit nous permettre de faire communauté, de protéger notre ville et ses habitant-e-s face à la cherté du logement. Toulouse rayonne par l’aéro-spatial, par ses valeurs, par sa gastronomie, par le rugby, elle doit être, comme sa devise, ambitieuse et ne pas s’en contenter. Notre ville peut s’ouvrir un nouvel horizon à la hauteur de son Histoire et de sa prestance : celles d’une ville solidaire et écologiquement en pointe. Notamment via un grand projet écologique, sur lequel je reviendrai bientôt plus longuement : la rénovation thermique et phonique des logements et leur accessibilité pour tou-te-s.

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email