Solidaires de Toulouse à Kiev

Cette semaine, comment ne pas parler de la guerre en Ukraine lancée par Vladimir Poutine? Je n’ajouterai pas ici une analyse aux nombreuses déjà émises un peu partout dans le flot des réseaux sociaux. 

En tant qu’élu municipal de la ville de Toulouse, ville jumelée à Kiev depuis 1975, j’ai une pensée particulière pour le peuple ukrainien dans son ensemble, les Kiéviennes et Kiéviens, ainsi que pour les manifestant.e.s russes qui ont le courage de sortir dans la rue pour dire non à la guerre.

Cette période de trouble géopolitique nous oblige à consulter les pages sombres de nos histoires, et celles et ceux qui firent figure d’étincelle dans la glace de la surenchère guerrière. Je vous mets ici le lien du dernier discours de Jean Jaurès, le 25 juilllet 1914: https://www.humanite.fr/sites/default/files/legacy/doc1jeanjaures.pdf

Dans les moments de crise il faut savoir faire appel à sa mémoire pour puiser les racines de solutions possibles par le haut.

Pour le reste, je relaie ici le texte écrit collectivement et lu par ma collègue conseillère municipale Agathe Roby, lors du rassemblement de ce vendredi 25 février, à l’appel des associations et syndicats, au nom de l’Union Populaire qui expose notre position et nos propositions à ce stade.
    
 “Nos premiers mots vont au peuple ukrainien victime de l’invasion militaire brutale et meurtrière de la Russie. La France insoumise et l’Union Populaire condamnent fermement l’invasion russe et plaident pour que les étapes nécessaires à une désescalade soient mises en place.


Une pensée particulière aux habitantes et habitants de Kiev. Vous savez sans doute que notre ville est jumelée avec la capitale de l’Ukraine depuis 1975. En tant que conseiller.es municipaux toulousains, nous adressons toute notre solidarité et notre soutien au maire de Kiev, Vitali Klitschko. Nous appelons de nos vœux la mise en place d’une aide humanitaire et l’accueil des réfugié.es ukrainiennes et ukrainiens à Toulouse au titre de ce jumelage. Comme pour toutes les victimes de conflits et de catastrophes climatiques, des propositions de solidarité doivent être mises en place le plus rapidement possible.


Une pensée aussi à toutes et tous les Russes qui se sont rassemblé.es pour dire non à la guerre. Nous savons le courage qu’il faut pour manifester contre la politique du Kremlin et nous savons la répression à laquelle les mouvements d’opposition russes s’exposent face à l’autocrate Poutine. Nos camarades du Front de Gauche dont M.Serguei Oudalstov en ont payé le prix par de nombreuses années de prison.

Tout doit être fait pour obtenir un cessez-le-feu dans les plus brefs délais pour faire cesser les souffrances et l’exil des populations civiles. Sauf à la guerre totale, il n’existe pas d’alternative à la voie diplomatique. Il faut donc créer les conditions d’une désescalade, qui passe par un cessez-le-feu, un retrait des troupes russes du territoire ukrainien et la sécurisation des 16 sites nucléaires, dont Tchernobyl. 

La France, par son histoire et son statut de membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, est l’une des seules puissances à pouvoir œuvrer en ce sens comme elle l’a fait en 2003 lors de la guerre d’Irak. Le président ukrainien a fait preuve de courage en évoquant la possibilité de la neutralité de l’Ukraine si des garanties de sécurité sont fournies à son pays.

C’est le sens de la proposition faite par Jean-Luc Mélenchon et l’Union Populaire de la tenue d’une conférence sur les frontières dans le cadre de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE). La France doit être force de proposition diplomatique. La solution ne peut en aucun cas être celle d’un affrontement armé entre puissances nucléaires. Cela exposerait l’Europe et le monde à des conséquences incommensurables.

L’Europe  a été le berceau de deux guerres mondiales. Œuvrons tous ensemble pour que la 3ème soit évitée. Vive la Paix ! La paix entre les peuples doit être le but ultime de toute action humaine. Elle doit rester notre boussole. Et la France se doit d’en être la garante.  À nous aussi, peuple français, de nous en mêler en descendant massivement dans la rue pour réclamer la paix.”